Médecine douce et régime alternatif
Un autre monde est possible, il faut le créer autour de nous

Les médecines complémentaires et alternatives

De plus en plus de personnes se tournent vers des types de soins ou de médecines alternatives ou venant en complément des soins traditionnels prodigués par les médecins et souvent basés sur des traitements médicamenteux. Voyons quelles sont ces médecines !

Qu’est-ce qu’une médecine complémentaire et alternative

Les médecines complémentaires et alternatives (MCA) sont souvent définies par ce qu’elle n’est pas, plutôt que par ce qu’elle sont. Ainsi, elle peuvent être décrites comme n’étant « pas enseignées de manière formelle aux professionnels de la santé » ou « non testées scientifiquement ».

Les définitions actuelles occultent souvent le débat sur l’holisme et les soins intégratifs et donnent aux thérapies et aux thérapeutes la priorité sur les patients dans la conception des systèmes de soins de santé. Par exemple, les médecines complémentaires et alternatives est un groupe de thérapies non orthodoxes et traditionnelles qui peuvent être utilisées seules ou en complément de thérapies orthodoxes ou non orthodoxes dans le traitement et la prévention des maladies chez les humains et les vétérinaires.

médecine complémentaire et alternativeIl existe une définition plus large : la médecine complémentaire et alternative est un vaste domaine de ressources de guérison qui englobe tous les systèmes, modalités et pratiques de santé, ainsi que les théories et croyances qui les accompagnent, autres que ceux intrinsèques aux systèmes de santé politiquement dominants d’une société ou d’une culture particulière dans une période historique donnée.

La MCA comprend toutes les pratiques et idées que leurs utilisateurs définissent eux-mêmes comme des moyens de prévenir ou de traiter les maladies ou de promouvoir la santé et le bien-être.

Les frontières au sein de la MCA et entre le domaine de la MCA et celui du système dominant ne sont pas toujours nettes ou fixes. La santé est définie dans le préambule de la constitution de l’Organisation mondiale de la santé comme étant  » un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité  » (OMS, 1946).

Une distinction peut être faite entre la médecine complémentaire et alternative, par exemple l’herboristerie et l’homéopathie, associées à l’administration de médicaments ou de  » remèdes « , et les thérapies complémentaires et alternatives.   Ces dernières comprennent les interventions qui reposent sur des procédures seules.

La médecine complémentaire et alternative est un terme qui s’applique à bien plus de 700 traitements différents et à une grande variété de méthodes de diagnostic.  Elle comprend également un nombre incertain de thérapies traditionnelles associées à des groupes ethniques ou des lieux géographiques particuliers comme :

  • la médecine traditionnelle chinoise,
  • la médecine traditionnelle indienne,
  • la médecine traditionnelle africaine,
  • la médecine traditionnelle maorie de Nouvelle-Zélande.

Liste des médecines complémentaires et alternatives

Certaines sont connues, d’autres sont exotiques ou mystérieuses et font appel au spiritisme. Certaines peuvent même être dangereuses. Les disciplines les plus couramment utilisées sont les suivantes :

  • acupunctureAcupuncture : discipline traditionnelle chinoise qui implique l’insertion d’aiguilles à des points prédéfinis sur des lignes imaginaires ou « méridiens » sur le corps ; elle cherche à rétablir l’équilibre des forces positives et négatives dans le corps.
  • Aromathérapie : implique l’utilisation d’huiles essentielles, normalement administrées par inhalation ou par massage.
  • Ayurveda : une thérapie d’origine indienne. Elle est basée sur des principes tirés des anciennes écritures hindoues, combinant des thérapies holistiques telles que l’homéopathie, la naturopathie et l’herboristerie dans le traitement du corps, de l’esprit et de l’âme.
  • Chiropraxie : utilise la manipulation vertébrale, le massage et d’autres techniques pour traiter les troubles musculo-squelettiques.
  • L’herboristerie médicale : utilise des remèdes à base de plantes pour renforcer et soutenir les organes du corps dont les fonctions se sont épuisées.
  • Homéopathie : caractérisée par l’administration de petites quantités de médicaments qui, à des concentrations beaucoup plus importantes, précipitent l’apparition des symptômes de la maladie traitée.
  • Iridologie (ou iridiagnostic) : méthode de diagnostic basée sur l’étude détaillée des marques sur l’iris des yeux et sur la notation des changements qui sont liés aux organes malades.
  • Chiropraxie-massage-osteopathieMassage : frottement et pétrissage du corps, normalement avec les mains.
  • Naturopathie : un système complet qui utilise le régime alimentaire et l’exercice physique ainsi que des thérapies non orthodoxes pour améliorer tous les aspects de l’état de santé d’une personne.
  • Ostéopathie : utilise diverses techniques de manipulation pour restaurer et maintenir la fonction musculo-squelettique.
  • Réflexologie : un type de traitement de massage où certaines zones de la plante des pieds et des mains sont comprimées et massées pour stimuler l’apport sanguin et soulager les tensions. Ces zones sont associées à divers organes ou fonctions corporelles.
  • Shiatsu : une forme japonaise de massage impliquant la stimulation de nombreux  » points de pression  » différents dans le corps par la pression des doigts. Il est souvent utilisé sur le visage, en association avec l’aromathérapie ou l’herboristerie.

Classification des médecines complémentaires et alternatives

Voici une méthode pour classer les MCA.

Classification par système de thérapie

Une classification des différentes approches de la MCA qui est en vigueur depuis de nombreuses années  :

  • Systèmes complets de guérison comprenant l’acupuncture, la chiropraxie, l’herboristerie, l’homéopathie, la naturopathie et l’ostéopathie.
  • Des méthodes thérapeutiques spécifiques, notamment l’aromathérapie, le massage et la réflexologie.
  • Les approches psychologiques et les exercices d’auto-assistance, notamment la relaxation, la méditation et l’exercice.
  • Des méthodes de diagnostic comprenant l’analyse des cheveux, l’iridologie et la kinésiologie.
You might also like

Comments are closed.