1. Les suppléments de whey protéine et d’acides aminés
  2. Vous entendez moins bien, peut-être souffrez-vous d’une perte auditive
  3. Comment préparer les funérailles d’un parent âgé
  4. L’argile bentonite, une poudre miracle un peu oubliée
  5. Comment s’endormir facilement et bien dormir ?
  6. Kéfir de fruit et Kéfir de lait : quelles différences ? Pourquoi en consommer ?
  7. Pourquoi pratiquer le jeûne intermittent ?
  8. Comment la psychologie sociale explique le comportement ?
  9. Quelles sont les vertus de l’ortie pour votre santé ?
  10. Comment réduire votre allergie aux pollens ?
  11. Quelles sont les vertus du cannabis thérapeutique ?
  12. Comment lutter contre les insomnies ?
  13. Comment courir pour éviter les blessures ? Pieds nus, Minimaliste ou Drop élevé
  14. Comment détecter des carences nutritionnelles ?
  15. Principes alimentaires de base
  16. Quel laxatif naturel prendre contre la constipation ?
  17. Homéopathie et allopathie : quelles différences essentielles?
  18. Qu’est ce que le régime Okinawa ?
  19. Le Kombucha, la boisson tendance : avantages et risques
  20. Médecine douce alternative : Qu’est-ce que l’aromathérapie ?
  21. Comment le soulager le mal de dos ?
  22. La douance et le haut potentiel
  23. Bien manger avec la cuisine vivante
  24. Bien dans son corps bien dans sa tete avant l’été
  25. Bien dans sa tête avec la communication sans violence
  26. Bien dans son corps, bien dans sa tête avec l’homéopathie
  27. Bien manger avec le végétarisme
  28. Les clés de la communication associative sur Internet
  29. Universalité
  30. Conscience
  31. Sens
  32. Sérénité
  33. Énergie
  34. Conseils de séduction pour construire une relation épanouie
  35. Comment être heureux en couple ?
  36. Notes de lecture : comment atténuer les effets secondaires des vaccinations ?
  37. Thérapie séquentielle homéopathique du Dr Jean Elmiger
  38. Voir la vie
  39. Tests musculaires
  40. Ingrédients cosmétiques néfastes pour la peau
  41. La vérité sur les cosmétiques
  42. Pourquoi travailler à la sécurité sociale
  43. Livres de psychologie
  44. L’approche corporelle dans le développement personnel
  45. Sur le chemin du massage
  46. Alimentation des chatons
  47. Plats diététiques
  48. Principes diététiques
20 Sep, 2019
  1. Les suppléments de whey protéine et d’acides aminés
  2. Vous entendez moins bien, peut-être souffrez-vous d’une perte auditive
  3. Comment préparer les funérailles d’un parent âgé
  4. L’argile bentonite, une poudre miracle un peu oubliée
  5. Comment s’endormir facilement et bien dormir ?
  6. Kéfir de fruit et Kéfir de lait : quelles différences ? Pourquoi en consommer ?
  7. Pourquoi pratiquer le jeûne intermittent ?
  8. Comment la psychologie sociale explique le comportement ?
  9. Quelles sont les vertus de l’ortie pour votre santé ?
  10. Comment réduire votre allergie aux pollens ?
  11. Quelles sont les vertus du cannabis thérapeutique ?
  12. Comment lutter contre les insomnies ?
  13. Comment courir pour éviter les blessures ? Pieds nus, Minimaliste ou Drop élevé
  14. Comment détecter des carences nutritionnelles ?
  15. Principes alimentaires de base
  16. Quel laxatif naturel prendre contre la constipation ?
  17. Homéopathie et allopathie : quelles différences essentielles?
  18. Qu’est ce que le régime Okinawa ?
  19. Le Kombucha, la boisson tendance : avantages et risques
  20. Médecine douce alternative : Qu’est-ce que l’aromathérapie ?
  21. Comment le soulager le mal de dos ?
  22. La douance et le haut potentiel
  23. Bien manger avec la cuisine vivante
  24. Bien dans son corps bien dans sa tete avant l’été
  25. Bien dans sa tête avec la communication sans violence
  26. Bien dans son corps, bien dans sa tête avec l’homéopathie
  27. Bien manger avec le végétarisme
  28. Les clés de la communication associative sur Internet
  29. Universalité
  30. Conscience
  31. Sens
  32. Sérénité
  33. Énergie
  34. Conseils de séduction pour construire une relation épanouie
  35. Comment être heureux en couple ?
  36. Notes de lecture : comment atténuer les effets secondaires des vaccinations ?
  37. Thérapie séquentielle homéopathique du Dr Jean Elmiger
  38. Voir la vie
  39. Tests musculaires
  40. Ingrédients cosmétiques néfastes pour la peau
  41. La vérité sur les cosmétiques
  42. Pourquoi travailler à la sécurité sociale
  43. Livres de psychologie
  44. L’approche corporelle dans le développement personnel
  45. Sur le chemin du massage
  46. Alimentation des chatons
  47. Plats diététiques
  48. Principes diététiques

Le sujet est polémique : faut-il encourager la consommation de cannabis à des fins thérapeutique ? Peu de sujets peuvent susciter des émotions plus fortes chez les médecins, les scientifiques, les chercheurs, les décideurs et le public que la marijuana à des fins médicales. Faisons le point.

Les questions autour de l’usage thérapeutique de la Marijuana

  • Quelles différences y a-t-il entre le cannabis thérapeutique et le cannabis récréationnel ?
  • Pour quelles pathologies est-elle utile ?
  • Quel mode d’administration privilégier ?
  • Est-ce sans danger ? Y a-t-il des effets secondaires ?
  • Doit-elle être légalisée ?
  • Son efficacité a-t-elle été prouvée ?
  • Peut-on devenir dépendant ?

Qu’est-ce que la marijuana à des fins médicales ?

Lorsque les gens parlent de marijuana à des fins médicales, ils parlent d’utiliser la plante entière non transformée ou les produits chimiques qu’elle contient pour soulager les symptômes de certaines maladies ou affections.

marijuana-usage-therapeutiqueLa plante de marijuana contient plus de 100 produits chimiques différents appelés cannabinoïdes. Chacun a un effet différent sur le corps. Le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD) sont les principaux produits chimiques utilisés en médecine.

Le moins controversé est l’extrait de chanvre connu sous le nom de CBD (qui signifie cannabidiol) parce que ce composant de la marijuana a peu, voire pas du tout, de propriétés intoxicantes. Les souches dominantes de la CBD ont peu ou pas de THC, donc les patients rapportent très peu ou pas d’altération de la conscience.

C’est le THC qui produit le sentiment de « légèreté », certains diront de défonce, que ressentent les gens lorsqu’ils fument de la marijuana ou mangent des aliments qui en contiennent.

Histoire de la marijuana à des fins médicales

La marijuana est produite à partir du chanvre qui était traditionnellement utilisé pour fabriquer des cordes et des voiles au 17ème siècle. De nos jours, on la trouve souvent dans les magasins d’aliments naturels sous forme d’huile de chanvre et de graines de chanvre, deux sources riches en fibres alimentaires, en protéines et en minéraux.

Les gens l’utilisent depuis des générations à des fins médicales. Les premiers signalements d’usage médical de marijuana proviennent de Chine. Dès 2737 av. J.-C., le pharmacologue et empereur Shennong a écrit un livre médical qui cite la marijuana comme traitement pour une variété de conditions, telles que le rhumatisme, la constipation et la goutte. L’empereur Shennong a effectué ses recherches sur lui-même pour découvrir la valeur médicale et l’utilisation de centaines d’herbes.
Les Grecs anciens utilisaient le cannabis sur leurs animaux. Les blessures des chevaux blessés au combat ont été recouvertes de cannabis après la bataille. En outre, les Grecs anciens utilisaient le cannabis sur eux-mêmes pour traiter l’inflammation, les douleurs aux oreilles et plus encore. On pense que la consommation de cannabis médical dans les pays arabes a été répandue par les anciens Grecs.

Quelles pathologies la marijuana à des fins médicales peut-elle soulager ?

Les patients signalent toutefois de nombreux bienfaits de la CDB, qu’il s’agisse de soulager l’insomnie, l’anxiété, la spasticité et la douleur ou de traiter des maladies potentiellement mortelles comme l’épilepsie. Une forme particulière d’épilepsie infantile appelée syndrome de Dravet est presque impossible à contrôler, mais réagit de façon spectaculaire à une souche de marijuana.

L’usage le plus courant de la marijuana à des fins médicales est le contrôle de la douleur. Bien que la marijuana ne soit pas assez forte pour soulager la douleur intense , elle est très efficace contre la douleur chronique.

En particulier, la marijuana semble soulager la douleur de la sclérose en plaques et la douleur nerveuse en général. C’est un domaine où il existe peu d’autres options, et celles qui existent sont très sédatives. Les patients prétendent que la marijuana leur permet de reprendre leurs activités antérieures sans se sentir complètement à l’écart et désengagés.

Dans le même ordre d’idées,  la marijuana est un relaxant musculaire fantastique, et les gens jurent par sa capacité à réduire les tremblements dans la maladie de Parkinson. Son utilisation a déjà été mentionée pour la fibromyalgie, l’endométriose, la cystite interstitielle et la plupart des autres affections où la dernière voie commune est la douleur chronique.

La marijuana est également utilisée pour gérer les nausées et la perte de poids, et peut être utilisée pour traiter le glaucome. Un domaine de recherche très prometteur est son utilisation pour le SSPT, le syndrome de stress post-traumatique, chez les anciens combattants qui reviennent de zones de combat. De nombreux anciens combattants et leurs thérapeutes font état d’une amélioration radicale et réclament de nouvelles études et un assouplissement des restrictions gouvernementales à leur étude. On rapporte également que la marijuana médicale aide les patients souffrant de douleurs et du syndrome d’émaciation associés au HIV, ainsi que du syndrome du côlon irritable et de la maladie de Crohn.

En résumé, la marijuana à des fins médicales est utilisée pour traiter un certain nombre d’affections différentes, notamment :

  • Maladie d’Alzheimer
  • Perte d’appétit
  • Cancer
  • Maladie de Crohn
  • Troubles de l’alimentation comme l’anorexie
  • Épilepsie
  • Troubles de santé mentale comme la schizophrénie et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT)
  • Sclérose en plaques
  • Spasmes musculaires
  • Nausées
  • Douleurs

Toutefois, il n’a pas encore fait la preuve qu’il peut aider à traiter bon nombre de ces affections, indique M. Bonn-Miller.

Les effets thérapeutiques du cannabis sont liés à sa capacité de réduire la douleur chronique, les nausées et les vomissements dus à la chimiothérapie et la spasticité.

Quels sont les modes d’administration ?

Pour prendre de la marijuana à des fins médicales, vous pouvez :

  • La fumer
  • L’inspirer par un vaporisateur
  • La manger, en cake par exemple
  • La boire en tisane
  • ….

Selon le site spécialisé Cannavapos, la vaporisation est la voie d’administration recommandée, car contrairement à la combustion traditionnelle, il y a moins de produits chimiques nocifs que l’on inhale. Cette étude montre que la vaporisation supprime complètement la production de benzène, de toluène et de naphtalène, qui sont tous des produits chimiques nocifs produits par la combustion régulière et le tabagisme. Un test complet du mighty est proposé pour vous faire une idée.

C’est à vous de décider comment vous le prenez. Chaque méthode fonctionne différemment dans votre corps. Si vous fumez ou vaporisez du cannabis, vous en ressentez très rapidement les effets. Si vous en mangez, ça prend beaucoup plus de temps. Cela peut prendre 1 à 2 heures pour ressentir les effets des produits comestibles.

Comment la marijuana agit-elle ?

cannabis-isage-medicalLes cannabinoïdes, les substances chimiques actives de la marijuana à des fins médicales, sont semblables aux substances chimiques fabriquées par l’organisme qui sont impliquées dans l’appétit, la mémoire, le mouvement et la douleur.

Les recherches suggèrent que les cannabinoïdes le pourraient :

  • Réduire l’anxiété
  • Réduire l’inflammation et soulager la douleur
  • Contrôler les nausées et les vomissements causés par la chimiothérapie anticancéreuse.
  • Tuer les cellules cancéreuses et ralentir la croissance tumorale
  • Détendre les muscles tendus
  • Stimuler l’appétit et améliorer la prise de poids chez les personnes atteintes du cancer et du sida

Quels sont les effets secondaires de la marijuana à usage médical ?

Les effets secondaires qui ont été rapportés incluent :

  • Yeux injectés de sang
  • Dépression
  • Étourdissements
  • Arythmie cardiaque
  • Hallucinations
  • Hypotension artérielle

Le médicament peut également affecter le jugement et la coordination, ce qui peut entraîner des accidents et des blessures. Lorsqu’elle est consommée pendant l’adolescence, alors que le cerveau est encore en développement, la marijuana peut affecter le QI et la fonction mentale.

Comme la marijuana contient certains des mêmes produits chimiques que le tabac, on craint que le tabagisme n’endommage les poumons. Les effets de la marijuana inhalée sur la santé pulmonaire ne sont pas clairs, mais il y a certaines preuves qu’elle pourrait augmenter le risque de bronchite et d’autres problèmes pulmonaires.

La marijuana peut créer une dépendance et qu’elle est considérée comme une « drogue d’introduction » à la consommation d’autres drogues.

Quelle est la différence entre la marijuana à usage médical et la marijuana à usage récréatif ?

Qu’est-ce que la marijuana à usage récréatif ?

La marijuana à des fins récréatives est un produit qui est utilisé sans justification médicale. La marijuana à usage récréatif contient généralement plus de THC que la variété médicinale, car c’est ce qui procure aux utilisateurs un effet propre à une drogue.

Les principales différences entre la marijuana à des fins médicales et la marijuana à des fins récréatives

Ces principales différences sont les suivantes :

Les herbes médicinales contiennent généralement une plus forte teneur en CBD que les plantes médicinales à usage récréatif. Cela signifie que lorsque vous le prenez, vous ne ressentez pas ce qui est associé à la variété récréative. Même s’il n’y a pas de différence réelle entre les concentrés et les fleurs des deux types, la puissance médicinale comestible est souvent plus élevée que celle des produits récréatifs.
Les mauvaises herbes utilisées à des fins récréatives ont généralement une teneur en THC plus élevée que les mauvaises herbes utilisées à des fins médicales. Cela signifie que les gens prennent généralement cette variété plus pour l’effet que pour les bénéfices.