Fermez les yeux et sentez l’effet que vous ferait un bon jus de fruits en plein été. Ensuite, imaginez que vous êtes en train de manger un vieux biscuit tout sec. Comparez… Vous venez de vivre une caricature de ce qu’est la nourriture vivante et de celle qui ne l’est pas.

La nourriture vivante contient des vitamines, des oligo-éléments et des minéraux, ainsi que des enzymes. Ces dernières permettent de pré-digérer vos aliments, les rendant ainsi plus digestes. Etant donné que votre digestion prend environs 45% de votre énergie, toute aide pour qu’elle se passe plus rapidement est la bienvenue. Elle contient des protéines non dénaturées par la chaleur ou des manipulations industrielles. Les acides gras y sont purs et assimilables, tels les Oméga 3 devenus tellement à la mode. La cuisine vivante est souvent associée à la cuisine bio, bien que les concepts soient différents.

A l’opposé, vous trouverez la nourriture dénaturée : irradiée, chauffée, aseptisée. Les protéines y sont modifiées, les rendant parfois même cancérigènes (réaction de Maillard). Les graisses chauffées sont assimilées par le corps comme des graisses saturées.

La cuisine vivante consiste à utiliser les aliments le plus proche possible de leur état d’origine : crus, chauffés à basse température (<85°C), non traités (l’irradiation des aliments tue les bactéries mais aussi les enzymes), et conservés le moins longtemps possible.

Manger dénaturé, c’est comme remplir les réservoirs d’un avion avec du mazout à la place du kérozène. Cuisiner vivant, c’est comme mettre des piles toutes neuves dans le magnifique appareil que nous sommes !

Recette de jus de légumes

Matériel : Une centrifugeuse, ou mieux, un presse-jus

Ingrédients pour deux verres de jus :
– 1 pomme
– 250 gr de carottes
– 1 dé de gingembre
– 1 botte de céleris verts

Pelez le gingembre. Nettoyez bien les légumes et les pommes, de préférence bio. Passez le tout avec les pépins dans le presse-jus. Tout doit être cru.

0 Comments

Leave a Comment